TRU-ID®– The Stamp of a Good Quality Probiotic & Botanical Supplement




By Olivia Rose, ND

When you recommend a probiotic supplement at a specific dose and species that has been researched for a particular health issue, you’d assume that the product you are recommending contains the contents as listed on the bottle. Unfortunately, this isn’t always the case. In a 2016 study that compared label claims on probiotics to their actual contents, only 58% of the products had correctly labeled species.1 Health Canada currently requires probiotic supplements to list the active ingredients and have their products tested to display the number of colony forming units (CFU) in a dose.2 The contained amount must be compliant with product label and Health Canada regulations.  Therefore, if a label says a probiotic supplement contains 50 billion species, it must be compliant with Health Canada’s regulations listing that amount until the expiry date. However, there are no regulations around the species of probiotics.2 If a bottle says there are certain species in a product, there is no required testing to prove this at the finished product stage.  

Knowing the species of probiotics is imperative to treatment. For example, in a review of 10 different studies, IBS patients treated with Bifidobacterium breve, Bifidobacterium longum, or Lactobacillus acidophilus species had significantly reduced pain scores when compared with placebo.3 While other species like Streptococcus salivarius ssp. thermophilus, Bifidobacterium animalis, and Bifidobacterium infantis, had no significant effect.3 In order to appropriately treat certain conditions, specific species must be used.

Jamieson is the first company in Canada to verify probiotic species using a third-party DNA test. This test was developed by TRU-ID Ltd., a Guelph-based company, affiliated with the University of Guelph and is called TRU-ID®. It uses the latest in DNA technology and tools to provide transparency in product labelling to yourself and your customers/clients. This type of testing is not a requirement for Health Canada regulations however, it is needed for precise treatment.2 Jamieson’s 360 Pure Quality testing ensures that products meet proper dose and shelf life while the TRU-ID® symbol on a probiotic is a guarantee that you and your customer will receive the species intended for them. 

Jamieson also uses the TRU-ID® certification for their herbal products such as Curcumin Turmeric and Mushroom Complex. The TRU-ID® certification for herbal supplements works the same as it does for authenticating the species found in Jamieson’s line of probiotics. TRU-ID® traces the DNA of a plant species and validates that the species DNA listed on the label are actually in the product.

TRU-ID® can only be used for products that are sourced from living organisms such as probiotics or plant products. Only products which meet the requirements of TRU-ID® are authorised to use the logo on the product.

So next time you’re looking for a probiotic or an herbal supplement, for yourself or your customer or client, look for the TRU-ID® symbol.

References

  1. Morovic W, Hibberd AA, Zabel B, Barrangou R, Stahl B. Genotyping by PCR and high-throughput sequencing of commercial probiotic products reveals composition biases. Frontiers in microbiology. 2016 Nov 3;7:1747.
  2. Health Canada. Finished Product Specifications User Guide. Accessed March 24, 2020 at: https://www.canada.ca/en/health-canada/services/drugs-health-products/natural-non-prescription/legislation-guidelines/guidance-documents/finished-product-specifications-form-user-guide.html
  3. Ortiz-Lucas M, Tobias A, Saz P, Sebastian JJ. Effect of probiotic species on irritable bowel syndrome symptoms: A bring up to date meta-analysis. Rev Esp Enferm Dig 2013;105:19-36.


TRU-ID®– Garant de la qualité des suppléments probiotiques et botaniques

Par Olivia Rose, ND 

Lorsque vous recommandez une espèce probiotique à une dose spécifique à un client, en fonction des avantages démontrés de cette espèce pour une condition particulière, vous vous attendez à ce que le produit que vous recommandez contient bel et bien ce qui est indiqué sur l’étiquette. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Selon une étude réalisée en 2016 qui a comparé les allégations des probiotiques à leur contenu réel, seuls 58% des produits évalués avaient les bonnes espèces répertoriées sur l’étiquette.1  Notons que Santé Canada exige actuellement que les suppléments probiotiques listent les ingrédients actifs et requiert que les compagnies fassent tester leurs produits afin de pouvoir afficher le nombre d’unités formatrices de colonie (UFC) dans chaque dose.2 La quantité dans chaque dose doit être conforme à l’étiquette du produit et à la réglementation de Santé Canada. Par conséquent, si une étiquette indique qu’un supplément probiotique contient 50 milliards d’UFC, il doit, tel que dictée par la réglementation de Santé Canada, contenir cette quantité jusqu’à la date de péremption. Cependant, il n’y a pas de règlements quant aux espèces probiotiques.2 Ainsi, si une étiquette indique qu’il y a certaines espèces dans un supplément probiotique, aucun test n’est requis pour prouver ceci quand nous en sommes au produit fini.

Pourtant, connaître les espèces probiotiques dans un supplément est impératif pour assurer un traitement efficace. D’ailleurs, selon une revue de 10 différentes études, des patients atteints du SCI à qui on administre les espèces Bifidobacterium breve, Bifidobacterium longum ou Lactobacillus acidophilus ont démontré une diminution significative de la douleur par rapport au placebo.3 Tandis que d’autres espèces telles que le Streptococcus salivarius ssp. thermophilus, la Bifidobacterium animalis et la Bifidobacterium infantis n’ont démontré aucun effet significatif.3 Ainsi, il est clair que nous devons avoir recours à des espèces spécifiques pour traiter des conditions spécifiques.

Jamieson est la première entreprise au Canada à valider les espèces probiotiques à l’aide d’un test ADN tiers. Ce test a été développé par TRU-ID Ltd., une entreprise de Guelph, affiliée à l’Université de Guelph qui s’appelle TRU-ID®. Ce test utilise les dernières technologies et outils ADN pour assurer la transparence au niveau de l’étiquetage des produits. Ce test n’est pas requis par Santé Canada, mais il est cependant nécessaire pour assurer un traitement précis.2 La garantie 360 Pure de Jamieson garantit que les produits respectent la dose et la durée de conservation des produits, tandis que le symbole TRU-ID® sur un probiotique est votre garantie absolue que toutes les espèces répertoriées sur l’étiquettes sont bel et bien dans la formule.

Jamieson fait également appel à TRU-ID® pour ses produits à base de plantes médicinales tels que le Curcumine Curcuma et le Complexe de Champignons. La certification TRU-ID® pour les plantes médicinales fonctionne de la même manière que pour l’authentification des espèces probiotiques. TRU-ID® retrace l’ADN d’une espèce végétale et valide que l’ADN de l’espèce figurant sur l’étiquette se trouve bel et bien dans le produit.

TRU-ID® ne peut être utilisé que pour les produits provenant d’organismes vivants tels que les probiotiques ou les produits végétaux. Seuls les produits qui répondent aux exigences de TRU-ID® sont autorisés à afficher le logo sur leur étiquette.

Ainsi, la prochaine fois que vous recherchez un probiotique ou un supplément de plantes médicinales, que ce soit pour vous ou un client, assurez-vous d’y voir le logo TRU-ID®.

Références

  1. Morovic W, Hibberd AA, Zabel B, Barrangou R, Stahl B. Genotyping by PCR and high-throughput sequencing of commercial probiotic products reveals composition biases. Frontiers in microbiology. 2016 Nov 3;7:1747.
  2. Health Canada. Finished Product Specifications User Guide. Consulté le 24 mars 2020 : https://www.canada.ca/en/health-canada/services/drugs-health-products/natural-non-prescription/legislation-guidelines/guidance-documents/finished-product-specifications-form-user-guide.html
  3. Ortiz-Lucas M, Tobias A, Saz P, Sebastian JJ. Effect of probiotic species on irritable bowel syndrome symptoms: A bring up to date meta-analysis. Rev Esp Enferm Dig 2013;105:19-36.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *